Poussière d’étoile de Linda Dasilva

Coucou, mon retour pour le 3e roman de Linda Dasilva

Résumé :

Trois femmes… Trois époques… Trois destins.
1890 — Je me prénomme Suzanne, vingt printemps tout juste, employée comme femme de chambre dans l’une des plus belles demeures de Ville-d’Avray pour le compte de la famille Delattre. Ma passion est la danse classique et mon rêve, devenir une grande danseuse. Aucune ombre ne devait assombrir mon destin, et pourtant…
1980 — Je suis Lise, la quarantaine, infirmière libérale, j’élève, avec l’aide de ma mère, mon fils Patrick. Je prends mon métier très à cœur. La vie ne m’a pas épargnée, je me suis faite à cette idée…
2020 — Je m’appelle Agnès, la trentaine, j’évolue dans le monde de la mode en tant que styliste. J’ai enfin trouvé l’amour, le VRAI, auprès de Mathieu, mais une apparition a bouleversé mon existence…
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus cher, elles vont vivre une aventure hors du commun.

Mon avis :

Lire un roman de Linda était pour moi indispensable, le 3e et comme j’aime beaucoup son écriture fluide, je n’ai pas pu m’en empêcher. Linda a eu l’adorable idée dont je la remercie de m’offrir son roman en sp et voilà ma chronique. Au fil des pages de ce roman, vous redécouvrez si vous connaissez déjà l’écriture agréable de l’auteure, sinon allez y vous ne serez pas déçu(e) !

1890 : suzanne de 20 ans est femme de chambre chez Mr et Mme Delattre et leur fille Rose, de très riche tanneurs propriétaire d’une magnifique demeure. Elle s’occupe du couple et de Rose, et est éperdument amoureuse de Pierre le jardinier mais….

1980 : Lise, infirmière à domicile, vit avec sa mère Madeleine, et son fils Patrick 12 ans. Elle a beaucoup de patients dont un couple qu’elle aime beaucoup. Un jour qu’elle est en visite-soins, elle leur demande à monter à l’étage dans l’une des chambres et fait une découverte.

2020 : Agnès, styliste de mode dans une grande maison de couture, a un coup de coeur pour une magnifique demeure à l’extérieur de Paris qui étonne ses amis. A la 2e visite, elle a une étrange vision dans une des pièces qui devait être la chambre à l’étage.

En continuant la lecture, nous découvrons qu’il y a peut-être un lien entre ces 3 femmes et surtout que cela serait la demeure devenue la propriété d’Agnès. Entre un super feel good avec une chouette pointe de suspense, l’enquête est menée d’une main de maître.

J’ai adoré ce roman que je conseille vivement soit en commandant auprès de notre chouette auteure (contactez-la sur sa page fbk …) vous aurez une dédicace mais si vous avez une liseuse, alors en format kindle ou kobo. Aucune excuse pour ne pas le lire.

Portrait d’auteure : Alex Kin

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Bonjour à tous et merci Manoue pour cette proposition d’interview. Je m’appelle Alex, j’ai 37 ans et je vis en Touraine avec mon mari et mes 3 enfants. Je suis l’auteure de 2 comédies romantiques auto-éditées : « Mon prince ne viendra pas (Tant pis, je ferais sans !) » publiée en juillet 2019, et « Notre échappée belle » parue en avril 2020.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

Dès l’enfance ! D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours écrit.

3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

Impossible de m’en souvenir ! Je crois que j’ai toujours eu ça en moi, c’est un besoin, impossible de me passer de l’écriture.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou librairies ? Si oui, lesquelles ?

Grâce aux réseaux sociaux, je suis en contact avec un certain nombre d’auteurs, mais je ne m’aventurerais pas à les citer tous, car la liste serait trop longue et j’aurais trop peur d’oublier quelqu’un ! Mais j’apprécie vraiment de faire partie de cette communauté d’auteurs. Je n’ai en revanche pas trop de contacts avec des éditeurs ou des librairies, à mon grand regret pour ces derniers !

5/ Comment vous est venu l’idée de publier votre oeuvre ?

J’en ai toujours eu envie, mais ce sont des amies qui m’ont encouragée à franchir le pas.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

J’ai choisi l’auto-édition pour mes deux premiers romans. Je parle bien de choix, car l’auto-édition n’est pas seulement la voie de secours des auteurs refusés par les maisons d’édition comme le pensent encore beaucoup de personnes malheureusement. Cela peut être un choix délibéré pour garder sa liberté, ce qui est mon cas puisque j’ai décliné des propositions d’éditeurs. Mais j’aimerais bien aussi un jour éditer un roman avec une maison d’édition, pour voir comment cela peut se passer.

7/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

D’abord de l’angoisse ! L’angoisse de ne pas être à la hauteur, de ne pas avoir fourni suffisamment d’efforts, que les lecteurs ne soient pas satisfaits du résultat. Et ensuite, du soulagement et de la joie quand j’ai commencé à recevoir de jolis retours de lectures. Publier un livre, c’est pire que les montagnes russes en terme d’émotion !

8/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Très satisfaite ! C’est le fruit d’un très long travail, chronophage et parfois rébarbatif quand on entre dans les détails de la correction et les nombreuses relectures, mais c’est une grande satisfaction d’aboutir à un manuscrit digne d’être présenté aux lecteurs.

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

J’ai essayé d’en parler autant que possible. J’ai fait mon apparition progressive sur les réseaux sociaux à cette occasion, d’abord sur Facebook puis Instagram. J’ai également créér un site pour présenter mes romans et mes actualités littéraires.

J’en ai également parlé autour de moi, à ma famille, mes amis, mes collègues. J’ai essayé de ne pas trop les embêter avec ça mais j’étais tellement enthousiaste que je ne suis pas certaine d’être arrivé !

10/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

A ce jour, j’ai publié deux romans. Les suites de ces romans sont en cours d’écriture. La suite de « Notre échappée belle » est prévue à l’automne 2020, celle de « Mon prince ne viendra pas » au printemps 2021.

J’ai également un projet de roman historique, et un autre projet contemporain qui émerge en parallèle. j’aime avoir de nombreux projets en perspective, mêmes si il est toujours frustrant de ne pas avoir plus de temps pour les concrétiser rapidement.

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Je n’ai toujours pas participé à des concours, en revanche, j’ai déjà participé à des salons du livre et à des séances de dédicaces.

12/ Avez-vous participé à des séances de dédicaces ? Quel a été votre ressenti ?

J’adore aller à la rencontre des lecteurs, et c’est une énorme frustration d’avoir vécu l’annulation de toutes les rencontres prévues ce printemps à cause du Covid. J’attends avec impatience les prochains salons et séances de dédicaces prévus cet automne, en espérant que la situation sanitaire se sera améliorée à ce moment-là.

Mon prince charmant ne viendra pas………(tant pis je ferais sans !) d’Alex Kin

Coucou,

Ma chronique pour le roman d’Alex Kin, auteure auto-éditée de 2 romans feel good : Mon prince charmant ne viendra pas…. (tant pis je ferais sans) sorti en 2019 et le tout nouveau « Notre échappée belle » le 30 avril 2020.

J’ai dégusté ce roman comme j’aurais mangé un petit paquet de bonbons acidulés qui fondent dans la bouche, un vrai régal. J’ai vraiment adoré me plonger dans l’histoire de Clotilde, bientôt trente ans qui même entourée des ses trois meilleures amies, de ses parents ne trouve pas le prince charmant.

Tous les personnages de ce roman sont attachants, voisins, amis, famille, collègue. Clotilde a changé d’entreprise, vous saurez la raison en lisant le livre, je ne vous dévoilerais pas la raison.

Sa vie changera-t-elle ? trouvera t elle enfin le prince charmant ?

je vous laisse découvrir cette jolie histoire qui je pense fait rêver beaucoup de jeunes filles.

Vous pouvez trouver le roman soit en format numérique soit en broché : je l’ai en format numérique et reçu en format broché.

Dans mon chariot et au courrier………

Vendredi dernier, je suis allée relever le courrier accompagnée de Funky, toujours présente, j’aurais vraiment dû lui apprendre bébé à le récupérer……Toujours la première assise devant la boîte aux lettres, est-ce un signe ?

Qu’ai-je trouver ? Oh ? un livre youpi………

Et l’après-midi, pourtant je fais jamais mes courses le vendredi a.midi car trop de monde, mais là pas le choix, le frigo commençait à se vider ! A mon arrivée au supermarché, il y avait des flèches qui m’indiquaient quel chemin je devais suivre, mais j’avais ma petite idée. Alors vous prenez à droite puis 2e allée sur votre gauche, là vous vous arrêtez et hop, il va sauter dans le chariot. C’est celui-ci

Et cela donne cela pour le vendredi 22 mai…Suis-je raisonnable ?

Je ne pense pas l’être mais Funky m’a aidée alors je ne peux pas résister aux wouaf wouaf de ma crapoune. Eh oui, je sais, je veux personnaliser le plus possible mon blog, car les blogs avec simplement la photo du livre, le résumé et l’avis de la bloggeuse, ce n’est pas très original, généralement soit je ne lis pas soit je lis en passant à fond les pages. Je vous laisse, belle journée ensoleillée,

Portrait d’une auteure : Claire Bertin

Nous sommes mercredi et c’est au tour de Claire Bertin de répondre à mon ITW. Claire que j’ai eu la chance de rencontrer entourée de ses petits doux qui sont aussi adorables que leur maman.

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Claire, j’ai 35 ans et je suis mariée et heureuse maman de trois enfants de 11, 9 et 6 ans. Nous vivons à quelques kilomètres de Rennes. J’aime beaucoup lire (comme, je pense, tous les auteurs !) mais j’ai beaucoup de mal à le faire quand je suis plongée dans l’écriture d’un roman. Je ne peux pas passer une journée sans écouter de la musique et j’aime créer de différentes manières (dessin, bijoux, loisirs créatifs….).

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ?

J’ai commencé à écrire des romans il y a 3 ans. Avant, j’étais bavarde à l’écrit mais c’était plus dans le cadre épistolaire ou scolaire. Je choisissais toujours les dissertations au lycée, j’ai toujours eu plein de choses à dire ! Pour les romans, ça a commencé un peu par hasard, un besoin, au détour d’un échange avec mes meilleures amies, de coucher nos aventures sur papier. Puis, elles se sont prises au jeu, moi aussi et on est passées de la réalité à la fiction en ajoutant des personnages et des situations pour créér une histoire. C’est comme ça que ma duologie, 20 ans….est née !

3/ Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

L’envie de faire plaisir à mes lecteurs en leur permettant de s’évader du quotidien. J’aime partager toutes les histoires qui naissent dans ma tête à travers chaque roman et savoir que je fais rire ceux qui me lisent, que mes mots leur font du bien, c’est juste un bonheur et une fierté indéfinissables !

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou librairies ?

Je suis en contact avec beaucoup d’auteurs qui au fil des choses, sont devenus des amis pour certains. Et beaucoup de chroniqueuses aussi. Le monde de l’auto-édition est tout petit et contrairement aux idées reçues, je trouve qu’on évolue dans un univers bienveillant dans lequel chacun a sa place et évolue grâce, aussi au soutien des autres. Je suis également en contact avec quelques éditeurs.

5/ Comment vous est venue l’idée de publier votre oeuvre ?

Après des mois de travail et d’encouragements des proches qui suivaient les aventures de mes héroïnes au gré des chapitres que je leur envoyais régulièrement, j’ai eu envie de tester mon roman où j’ai compris que n’importe qui allait pouvoir découvrir l’histoire écrite avec tout mon coeur. L’angoisse que l’on trouve ma plume nulle et mon histoire inintéressante m’a fait peur mais dans la vie, il faut savoir se mettre en danger. Et finalement, mes romans plaisent et ma confiance en moi grandit tranquillement !

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? Auto-édition ou maison d’édition ?

J’avoue avoir tenté, au tout début, d’envoyer la première version de mon manuscrit à de grosses maisons d’édition. C’est suite à ces refus que j’ai retravaillé mon roman et que je suis passée en auto-édition. Avec le recul, je comprends ces quelques refus. Mon roman n’était pas prêt, ne serait-ce » que d’un point de vue formel. Je pense qu’il n’a pas dû passer le stade du coup d’oeil à la présentation. Mais je ne regrette pas, c’est comme ça qu’on apprend, et désormais, je fais très attention, justement, à la présentation et à la mise en page.

7/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre roman a été publié ?

Une immense fierté et une impression de lâcher mon bébé vers sa propre vie. Je l’ai créé et façonné pendant des mois, j’ai ri, pleuré pendant des jours et des nuits, et, le jour de sa sortie, il était prêt à aller enrichir de nouvelles bibliothèques. On ne va pas se mentir, il y a aussi eu l’inquiétude qu’il ne plaise pas. C’est un morceau de mon âme qu’on offre aux lecteurs dans un roman, on espère qu’ils vont l’aimer et en prendre soin !

8/ Etes-vous satisfaite de votre publication ?

Oui, à l’instant où les livres sortent, j’en suis satisfaite. Mais je me connais, si je les relis, je vais encore vouloir modifier plein de choses, changer et retravailler des passages. J’ai évolué en trois ans, ma plume également. mais je ne veux pas renier la jeune auteure que j’étais et donc oui, je suis satisfaite de mon travail. Il correspond à ce que j’ai envie de partager au moment de la parution des livres.

9/ Au moment de la parution du livre, en avez-vous parlé ?

Oui, pas le choix ! En auto-édition, il faut tout faire soi-même. Et qui de mieux que l’auteur pour parler de la parution de son roman ? J’étais stressée mais il fallait passer par là et assumer ce rôle tout neuf d’auteure. J’ai également transmis mon roman en service presse à de nombreuses chroniqueuses qui m’ont accordé leur confiance et ont donc, par leurs retours enthousiastes, contribué largement à la promotion de mes romans.

10/ Avez-vous écrit plusieurs romans ? avez-vous des projets en cours ?

J’ai, à ce jour, écrit trois romans. Les deux tomes de 20 ans….., Du soleil sur ma vie (finaliste du concours Fyctia) et actuellement, je travaille sur mon quatrième roman.

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces ou des salons ?

Oui, les trois ! J’ai participé, il y a quelques mois à un énorme concours, celui du prix télé-loisirs du roman de l’été, sur la plateforme Fyctia. J’ai eu l’immense joie d’être finaliste et de terminer les phases de qualifications en première position avec plus de 36 000 vues et 10 200 likes et partages. Un truc énormissime mais qui met énormément de pression. Les résultats seront divulgués dans quelques semaines. Pour les salons et les séances de dédicaces, oui, c’est un jeu auquel tout auteur doit se plier. Et je dois bien avouer que ça fait partie de ce que je préfère dans ce métier. J’aime tellement rencontrer mes lecteurs et parler de mes livres. C’est un peu intimidant au début mais j’en ressors toujours ultra boostée par la bienveillance et les encouragements des lecteurs ! Parfois, certains me confient des choses liées à leur vécu, je trouve ça beau cette confiance. C’est comme si on se connaissait, encore un beau pouvoir des livres !

Claire, je te remercie d’avoir consacré du temps à répondre à mon ITW.

J’ai hâte d’avoir tes romans dans les mains….

La surprise………

Hier, surprise dans la boîte aux lettres

Bonsoir, il y a quelques temps, j’avais envoyé un mail aux Editions BoD, comme ça, pour éventuellement recevoir un Service Presse. Il y a un peu plus de quinze jours, je reçus une réponse me disant que je recevrais un colis. J’étais heureuse, car je suis comme un enfant pressée de recevoir une surprise et de courir récupérer à la boîte aux lettres. J’avais prévenu le facteur que j’allais recevoir des colis et qu’il fallait venir me les apporter si cela ne tenait pas dans la BAL.

Et voici, ce qui se trouvait dans ce fameux colis :

Cela me fait drôlement plaisir de les avoir dans ma liseuse, un je l’ai lu et chroniqué mais cela ne m’empêchera pas de le garder et de le ranger dans ma PAL lus. Celui d’Alex Kin, je l’ai également pour ma liseuse mais je le lirais certainement en version papier.

Je remercie sincèrement les Editions BoD pour cet envoi, dès qu’il est lu, je ferais une chronique pour enrichir mon blog, mais je n’omettrais pas de les partager sur les réseaux sociaux (groupes) et sur votre site.

Portrait d’auteure : Fanny Vernin

Fanny Vernin est une auteure de roman feel good, au fil des conversations sur messenger à la fin de l’année 2019, cette jeune femme me propose de lire son roman sur lequel j’avais craqué car je me le serais procuré et de me l’expédier.

Que faîtes-vous lorsqu’un auteur avec qui vous avez sympathisé sur messenger de vous envoyer son roman si en contrepartie, la chronique suit. Moi, j’ai dit oui et oui bien sûr.

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Fanny Vernin, j’ai 37 ans et je vis dans le sud de la France depuis ma plus tendre enfance. Le soleil, l’odeur des lavandes et le chant des cigales font partie de moi. Je vis sur la terre de mes ancêtres et y ai bâti, avec mon mari, un joli nid douillet à la campagne. j’ai deux enfants : Mattéo, 11 ans et Manon, 15 ans, et, pour leur plus grand plaisir une ribambelle de copains à poils, à plumes, à écailles et à carapace. Une mini-ferme en somme, avec six poules qui ont toutes un prénom (c’est ma fille qui choisit et il y en a des pas mal….!) et dont la meneuse, Micheline, a un caractère détestable doublé d’une certaine estime d’elle-même si j’en crois les regards hautains qu’elle nous jette. Puis viennent deux lapines de mon fils, trois tortues dont Gwenaëlle qu nous avons sauvé d’une mort certaines et cinq poissons rouges dans un bassin dont un bébé né l’année dernière et qui répond au doux nom de Maurice (ne me demandez pas pourquoi, encore une fois c’est ma fille qui choisit…). Mais la doyenne de tout ce joli petit monde reste Caline, notre chienne épagneul de 13 ans qui trouve sa place de troisième enfant de la famille sans aucun doute. Sa chaude présence et ses aventures cocasses m’ont inspirée les anedoctes poilantes dont j’ai abreuvé mon roman. Nouvelle auteure auto-éditée, mon premier roman « Dans ma poche, une étoile » tome 1 « Comme une étoile dans un ciel d’encre » a été publié en juin 2019.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire (enfance, adolescence…) ?

Ma passion pour la lecture et l’écriture remonte à l’enfance. Toute petite, les livres m’ont toujours accompagnée. Quand mes copines d’école parlaient série télévisée et nouvelle chanson à la mode, je répondais lecture et bibliothèque verte. Je passais toujours mes vacances un bon bouquin entre les mains et une dizaine d’autres empilés juste à côté, afin d’être sûre de pas en manquer. Au collège, à partir de la sixième, j’étais la championne des suites et textes et je noircissais les pages doubles, si bien qu’un jour ma professeur de français avait commenté : « Attention tout de même à ne pas confondre suite de texte et roman…. ». Ce n’est que bien des années après, à l’aube de mes 33 ans, que je me suis enfin décidée à suivre son conseil et à écrire mon premier roman…

3/ Qu’est ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

Comme je vous l’ai dit la lecture a toujours bercé mon enfance. Si, à cette époque, mes goûts me poussaient à choisir plutôt des romans policiers, il y a peu j’ai découvert avec un plaisir inégalé la mouvrance des romans feel-good. Ce fut une révélation. Un peu malmenée par les turpitudes de la vie, ces romans m’ont apporté beaucoup d’espoir, d’innombrables fous rires, ces romans mais aussi et surtout, cette certitude de ne plus être seule à ressentir toutes ces émotions contraires. Une véritable bouffée d’oxygène qui a réveillé, au fond de moi, cette envie de partager à mon tour toutes les histoires que mon vécu m’a inspiré. Un jour, il y a 3 ans de ça, après avoir achevé un roman de Gilles Legardinier, j’ai attrapé un stylo, une page vierge et je me suis lancée. J’ai écrit le premier chapitre d’une traite, sans même savoir ce que serait la suite. Depuis, « Dans ma poche, une étoile » a pris vie, avec ses personnages hauts en couleurs, drôles mais aussi émouvants et attendrissants. J’aime écrire des anedoctes inspirées de la vie de tous les jours, avec leur lot de drames, de surprises et de bons moments. J’aime explorer les sentiments de mes personnages, j’aime les surprendre, leur faire vivre des choses improbables, les faire tourner en bourrique mais aussi les réconcilier, les rassurer, les faire grandir au fil de leurs expériences et surtout, leur apprendre à repérer la petite lumière d’espoir qui brille toujours dans l’obscurité.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs, libraires ? si oui, lesquels ?

Depuis la publication de mon roman, j’ai rencontré petit à petit beaucoup d’écrivains et chroniqueur(e)s et me suis liée d’amitié avec certains d’entre eux, tout ça grâce aux réseaux sociaux (moi qui détestais ça avant) ! Eh oui, l’écriture est une aventure formidable qui nous pousse à changer….). Je pense tout d’abord à toi Manoue, mais également Rime de Bervuy, Alex Kin, Virginie Sarah Lou, William Alcyon, Linda Dasilva, Laurel Geiss, Caroline Entredeuxlivres, Marie Desmons, Diane Garnier, Fanny Onrust, Sandra Garcia-Voet et beaucoup d’autres que j’oublie certainement….

5/ Comment vous est venue l’idée de publier votre oeuvre ?

Bonne queston. Je ne me suis pas levée un matin en me disant : « tiens ! et si je publiais ? » Non, c’est venu petit à petit. J’ai commencé à écrire timidement, sans m’imaginer qu’un jour je franchirais vraiment le pas. Je pensais le garder pour moi et mes proches. Malgré tout, au fond de moi, je sentais que j’en ferais quelque chose de plus grand, que cette histoire n’était pas destinée à rester au fond d’un tiroir. Peut-être l’espérais-je seulement ? Toujours est-il qu’à mesure de la partager, un chapitre après l’autre, à ma soeur, ma mère et quelques-une de mes amis (spéciale dédicace à Lugdivine et Sandra !), leurs retours enthousiastes m’ont non seulement poussé à continuer à écrire, mais ont permis à la petite graine de l’édition de germer tranquillement.

Alors, un jour, aidée, coachée et poussée par mon mari, j’ai dit oui à la publication, comme on saute à l’eau depuis une falaise, en fermant très fort les yeux !

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? En auto-édition ou avec une maison d’édition ?

J’ai choisi l’auto-édition, même si j’ai tenté ma chance auprès de certaines maisons d’édition, dont une m’a répondu favorablement. Tout simplement parce que pour le moment, je ne me sens pas de me défaire de cette histoire. Lorsque l’on fait éditer son roman, on cède ses droits d’auteur à la maison d’édition et pour le moment, je ne me sens pas prête. Cette histoire est trop intimement liée à ma propre existence…. Ne serait-ce seulement parce que de l’écrire et de la partager m’a permis de sortir d’une période très difficile. Je ne dis pas que je ne le ferai jamais, j’attends seulement le bon moment et la bonne maison, sans doute….

7/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Oui, très satisfaite. Mon désir de partager cette histoire est comblé à chaque retour de mes lecteurs. J’ai eu de très beaux commentaires, de magnifiques chroniques et j’ai réalisé que j’avais bien fait de le publier. Mon roman redonne le sourire à certains, un peu d’espoir à d’autres et de bonnes tranches de rire à beaucoup : c’est ma meilleure récompense.

8/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

J’ai ressenti un sacré mélange d’émotions, à vrai dire ! De la joie et de la fierté car pour la première fois de ma vie, je venais d’accomplir quelque chose pour moi. J’ai toujours fait passer les autres en premier, c’était une grande première. Ensuite, j’ai eu un peu peur, peur que cette histoire ne plaise pas, peur de ne pas plaire à mon tour (la grande histoire de ma vie….). Et puis j’ai eu ce sentiment de me retrouver toute nue devant des millions de gens…

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis)

J’en ai parlé, évidemment ! Pour une fois que j’osais une telle chose, autant que ça se sache ! Mes amis et ma famille étaient en première ligne et j’ai commencé à en parler sur les réseaux (facebook). C’est même pour cela que je m’y suis inscrite et je dois dire j’ai bien fait de belles rencontres.

10/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

Pour le moment je n’ai qu’un seul roman publié mais la suite est en cours d’écriture, au grand dam de certains qui sont légèrement frustrés par la fin du premier ! Disons que je les ai laissés sur leur faim… Gnark, gnark, gnark… !

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ? Quel a été votre ressenti ?

Je devais le faire cette année, mais bon…..Le Conoravirus en a décidé autrement, et franchement, ce n’est pas la plus grave de ses conséquences, donc je m’estime heureuse… Non, mais j’aimerais beaucoup partager quelques mots avec mes lecteurs, Facebook c’est bien, mais le direct c’est mieux. Je pense que c’est une expérience humaine formidable qui doit donner une énergie incroyable…

Retrouvez Fanny sur sa page :

.https://www.facebook.com/fannyvernin.ecrivain

directement sur le lien pour le télécharger ou l’acheter en broché

/https://www.amazon.fr/dp/B07TH1TB1H/ref=cm_sw_r_cp_awdb_c_2ZaUEbEPJHYG1?fbclid=IwAR3lrS25L4ccpzzSyRH2agqmDUk8f-H8ZX7bhoPXgeFbW_t9PA9g6Xx4m-I

Les amours tourmentées d’Hortense – Nathalie Brunal

Pour encore plus de plaisir, découvrez Hortense et sa tata déjantée à tout petits prix :

Retrouvons Hortense, femme proche de la quarantaine, maman de Max, Joris et Lylia. Divorcée d’Etienne parti avec une jeune femme dont il a eu des jumeaux Truc et Bidule. Elle s’est mariée avec Marc, tombée sous le charme du beau pompier.
Max, son fils s’apprête à épouser Margot, la femme de sa vie et mère de ses futurs enfants….et c’est là que tout se précipite, les péripéties d’Hortense avec ses anciens amants et il y en a…

Le jour J approche…. Max ne sait plus s’il veut épouser Margot mais entre sa mère et sa grande tante Martha qui s’occupe de tout et se mêle de tout lui font comprendre qu’il faut l’épouser.

Martha aide Hortense dans son salon de thé, malgré son grand âge et celui de prendre la retraite.

Que va-t-il se passer ? tout comme prévu ou pas ? Vous le saurez en découvrant le second opus mais après avoir lu le 1er Les tribulations d’Hortense, pour connaître les personnages principaux.

L’auteure nous embarque dans ce second roman avec son humour, ses phrases qui font rire, sa plume est toujours aussi vivante. Je précise que je suis devenue une fan inconditionnelle de l’auteure et je suis même impatiente d’avoir son nouveau roman entre les mains (cette fois)….

Vous avez certainement compris que j’ai adoré le 2nd autant que le 1er et je vous conseille vivement de les lire tous et de devenir une fan.

Le Temps d’un Livre

Portrait d’auteure : Cécile Blanche

Je continue dans mes portraits d’auteurs, et je vais de ce pas interviewer Cécile Blanche.

1/ Pouvez-vous présenter en quelques lignes ?

Je me présente, je suis Cécile Blanche, sophrologue, art thérapeute et auteure de romans feel good et de carnets pratiques de développement personnel.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

Du plus que je me souvienne, j’ai toujours écrit un journal et des poèmes.

3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

Sans doute le bien être ressenti et aussi les auteurs que j’ai aimé lire.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou librairies ? Si ou, lesquelles ?

Depuis novembre 2018? date de la sortie numérique de mon premier roman (J’avais prévu autre chose…) , j’ai eu la chance de faire de très belles rencontres sur les réseaux sociaux et sur les salons : notamment, Lhattie Haniel, Sonia Dagotor, Emilie Riger, Laure Manel, Toni Behar, Georgina Tuna sorin, Solène Bauché, Claire Blanchard, Katell Curcio, Mélanie Taquet, Marilyse Trécourt, Virginie Lloyd etc etc……..

5/ Comment vous est venue l’idée de publier votre oeuvre ?

J’ai rencontré une auteure fin 2017 lors d’une formation en communication et le fait de parler avec elle de son métier m’a donné l’audace ! Aussi de me dire que j’avais le droit d’écrire même si ce n’était pas digne d’un Goncourt !

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

J’ai choisi d’abord la publication numérique avec Librinova puis en papier avec BoD qui sont des plateformes d’aide à l’auto-édition. Je passe également par KDP Amazon pour mes carnets pratiques. Mais je continue mes manuscrits à des ME traditionnelles et « nous verrons ».

7/ Etes-vous satisfaite de votre publication ?

Oui, je suis habituée à tout gérer toute seule dans mon métier, étant à mon compte. J’aime aussi relever de nouveaux défis et acquérir de nouvelles compétences. C’est beaucoup de travail mais c’est satisfaisant. Et puis, comme je sais exactement ce que je veux….plus facile de le faire soi-même.

8/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

J’ai versé ma petite larme (je suis très émotive….). J’étais fière de moi d’être allée jusqu’au bout et fébrile à l’idée d’être lue…. de laisser mes personnages prendre leur envol « sans moi ». Mon premier roman a conquis plus d’un millier de lecteurs la première année donc je suis très reconnaissante de l’accueil qu’il a reçu. Ca m’a boostée pour l’écriture du second. Dorénavant j’écris toujours pour moi mais aussi pour vous, mes lecteurs !

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page fbk auteur, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Oui, j’ai fait autant de bruit que possible. J’ai activé mon réseau perso, pro et crée un site internet. Moi qui n’étais jamais sur les réseaux, j’ai créé une page auteure fbk et un compte Instagram. Je suis sortie de ma zone de confort, comme on dit !

10/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

J’ai publié un premier roman feel good (en mai 2019 pour la version papier) intitulé J’avais prévu autre chose…..une histoire qui se déroule entre Londres et le Sud Ouest de la France (ma terre d’adoption !), une histoire de résilience après un deuil.

Tout au long de l’année 2020, je publie un carnet pratique à thème par mois dans le cadre d’une collection intitulée 12 mois pour moi ; des carnets concrets à expérimenter avec des visualisations, des exercices d’écriture, de dessin, d’art thérapie (versions audio sur mon site).
Je viens de terminer un second roman (feel good encore !) intitulé Dans mon coeur chantent les étoiles qui parle de burn out et des moments charnières de la vie : l’adolescence, la quarantaine et la vieillesse et comme elles peuvent se faire écho parfois.

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

J’ai fait énormément de concours de nouvelles l’an dernier (j’ai même gagné un prix !) et j’ai publié un recueil en août 2019 intitulé J’ai toujours rêvé sur les frontières entre le rêve, l’illusion et la réalité.

12/ Avez vous participé à des séances de dédicaces ? Quel a été votre ressenti ?

J’ai fait énormément de séances de dédicaces et quelques salons (notamment FLR à Dunkerque qui était top !). C’est un moment qui demande beaucoup d’énergie mais que j’adore ! Parler, rencontrer, échanger, rire et parfois pleurer avec mes lecteurs, c’est Wahou ! Rencontrer les gens et créer du lien, c’est ce que je préfère !

Je remercie Cécile d’avoir consacré un moment pour répondre aux questions. N’hésitez surtout pas à cliquer sur les liens ci-dessous.

http://www.cecileblanche.com

ttps://www.facebook.com/cecile.blanche.90

Le Temps d’un livre