Oh la la, mon tour à la trocante et voilà ce qui est tombé dans mon sac……….

Coucou, hier a.midi je devais faire quelques courses mais à côté du supermarché se trouvait « La Trocante », endroit ou vous pouvez dénicher beaucoup de choses (livres, CD, lave-linge, meubles, lits, canapés). Bon, vous avez deviné, 3 livres se sont retrouvés dans mon sac.

L’irrésistible histoire du café myrtille :

Ellen Branford, jeune et brillante avocate, mène une vie affairée à New York. Pour exaucer les dernières volontés de sa grand-mère, elle se rend à Beacon, minuscule ville côtière du Maine. Elle doit y retrouver l’amour de jeunesse de son aïeule et lui remettre une lettre. L’affaire d’une journée, pense-t-elle…

Mais rien ne va se passer comme prévu : à peine arrivée, Ellen tombe d’un ponton et manque de se noyer. La photo de son sauvetage par un certain Roy fait la une du journal local. Le destinataire de la lettre reste introuvable. Et le passé de sa grand-mère recèle ce qu’Ellen n’aurait jamais pu imaginer. Alors que son séjour se prolonge, la jeune femme se met à douter des choix qu’elle a faits jusqu’ici et qui lui semblaient si solides. A-t-elle vraiment la vie dont elle rêvait ?

L’ombre de la baleine de Camille Grebe

L’archipel de Stockholm vit des heures inquiétantes : des cadavres de jeunes hommes échouent sur ses côtes. Un tandem de flics est missionné : la jeune Malin, enceinte, et son supérieur Manfred, dont la fille est entre la vie et la mort. Les fausses pistes s’accumulent mais tout bascule le jour où la mère de Samuel signale sa disparition… Elle ne sait pas que son ado rebelle s’est trouvé une planque idéale sur une île désolée, embauché par la mystérieuse Rachel pour veiller su son fils Jonas, plongé dans un étrange coma.

Retournements incroyables, intrigues entrelacées, réflexion passionnante sur la fragilité de l’adolescence et de la filiation : Camille Grebe, la nouvelle dame du polar, réussit un tour de force.

Quand la pâtisserie s’en mêle Marylin Masson

Une très jolie comédie sucrée à déguster sans modération.

Eva se morfond profondément dans son job et se verrait bien devenir pâtissière, l’un des plus beaux métiers du monde. Elliott, pâtissier averti, guette lui aussi un changement de vie. Nos deux héros vont voir leur vie chamboulée, grâce à leur passion commune pour le langage des papilles. Sauront-ils surmonter leurs peurs et croire en leurs rêves ? A déguster sans modération !

Peut-être que vous aurez envie de vous les procurer avec ses couvertures qui donnent envie de se plonger dans ces lectures. Un peu de thriller parmi les romans.

Excellent dimanche et bonnes lectures.

Rumeurs : Sébastien Théveny

coucou, le nouveau thriller de Sébastien Theveny paraît le vendredi 12 juin prochain, alors si vous connaissez sa plume d’auteur ou si vous souhaitez la découvrir : la seule solution c’est de l’acheter, soit auprès de l’auteur directement soit sur Amazon.

Résumé :

Quand les rumeurs tuent…
Rémi Bainville, écrivain en mal d’inspiration, s’installe dans un petit bourg proche de Deauville.
La découverte d’un drame vieux de cinq ans, la mort mystérieuse du jeune jockey Alban Gaillard, va lui insuffler l’espoir de vaincre enfin la page blanche.
Mais il apprendra qu’on ne déterre pas aussi impunément la mémoire des défunts, car les vivants ne l’entendent pas toujours de cette oreille…
Trahisons, faux-semblants, menaces, jeux de pouvoir et d’argent, rumeurs malsaines… un cocktail qui resurgit au galop alors que l’écrivain s’entête à découvrir la vérité sur la mort du jockey, cet Alban qui avait tout pour lui…
L’écrivain a-t-il le droit de dévoiler la sinistre vérité pour parvenir, enfin, à produire un best-seller ?

Moi, c’est sûr, je vais commander auprès de Sébastien soit en epub soit en version papier. C’est prévu, j’ai tous les romans. Fan moi oui un peu beaucoup.

Portrait d’auteur : Sébastien Theveny

Coucou, je voulais absolument faire le portrait d’un auteur qui m’a épaulée depuis la création de mes groupes, toujours présent lorsque j’avais besoin de parler, ne jamais laisser tomber. Pour le remercier, je suis ses écrits qui sont devenus géniaux, d’ailleurs une amie en a lu plusieurs, comme quoi, petite transmission de pensées où peut-être le lui en ai-je parlé lors de nos papotages téléphoniques.

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Né en 1976 en Pays de Champagne, je pose mes valises en Franche-Comté en 2002 et ne quitte plus cette région d’adoption. De formation littéraire, j’occupe mon temps à rédiger poèmes, nouvelles, contes pour enfants et romans tout en n’oubliant pas de m’adonner au tennis et au tennis de table : mens sana incorpore sano !

Après la publication de mon premier roman « Trouble Je », j’ai publié mon premier recueil de poèmes, écrits sur une période 14 ans, intitulé « En Vers… et contre tout ». J’ai eu la folie également de créer un « roman en alexandrins » : Vers…tige, qui suit la vie d’un homme de sa naissance à sa mort, au travers du prisme du désir et de son rapport aux femmes.

Un frère de Trop, mon premier thriller, a conquis plus de 36000 lecteurs en auto-édition, depuis sa parution en novembre 2017.

Il est publié aux Editions Michel Lafon en février 2019.

Trente secondes avant de mourir, mon nouveau thriller paru en juin 2018, dont l’action se déroule à New York, a quant à lui déjà séduit plus de 15000 lecteurs.

C’est au tour du Voisin d’en face, thriller psychologique paru en novembre 2019 de faire son chemin dans le coeur des lecteurs fidèles (15000 lecteurs).

Rumeurs, à paraître en juin 2020, sera mon sixième roman.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence….)

Il me semble avoir commencé mes premiers petits textes à l’âge de treize ans, sur une machine à traitement de texte de ma tante, chez qui j’étais en vacances cet été-là. Des textes de deux ou trois pages tout a plus.

3/ Qu’est-ce- qui vous a donné l’envie d’écrire ?

Tout simplement : le goût de lire ! J’ai depuis mon plus jeune âge aimé la lecture, découvrir des histoires, me laisser porter par les aventures des personnages de ma jeunesse, que ce soit sous forme de bande dessinée (Lucky Luke, Astérix, Spirou, Gaston Lagaffe, etc..) ou encore des premiers romans de jeunesse (Le Club des 5).

J’adorais également cet exercice tant redouté par nombre de mes copains de classe : la rédaction du samedi matin ! Pour moi, ce n’était pas du tout une corvée mais un véritable plaisir.

Alors tout a sans doute débuté comme cela….

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou librairies ? Si oui lesquelles ?

Bien entendu, à commencer par la grande communauté, qui est plus ou moins comme une grande famille, celle des auteurs auto-édités. Une communauté d’entraide, de partage, de camaraderie qui est à l’image de la liberté que nous recherchons dans notre activité indépendante.

J’ai aussi la chance d’avoir rencontré Marc Levy, une heure en tête-à-tête dans un salon de thé au pied de chez lui, à Greenwich Village, New-York. Un homme très agréable, timide et passionné. Depuis, nous échangeons quelques mails de temps en temps.

5/ Comment vous est venu l’idée de publier votre oeuvre ?

Si l’on parle de « Un frère de trop », mon premier roman auto-édité, cela s’est fait comme un pari sur l’avenir. On tente et on verra bien ! Après une première expérience chez un petit éditeur, qui n’avait malheureusement pas les moyens de me diffuser partout, j’ai fait le pari de l’AE. Pari payant puisque ce roman est devenu le titre auto-édité le plus vendu sur Amazon en 2018. Un vrai bonheur qui a lancé ma « carrière » d’auto-édité et qui m’a permis d’être repéré par les éditions Michel Lafon.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

A ce jour, je suis un auteur « hybride », avec un grand pied dans l’auto-édition et un plus petit en ME : Un frère de trop qui poursuit sa petite vie chez Lafon et Trouble Je (mon premier roman) désormais en version poche chez Red’Active, la petite maison d’édition d’une amie.

7/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

Le tout premier, c’est un sentiment unique, un peu comme la première fois avec une fille, vous voyez ?

Ensuite, lorsque Un frère de trop a été choisi par lafon, ce fût des bonds de joie puis une immense fierté de voir son roman sur les étals des librairies.

Enfin, à chaque nouvelle sortie, comme celle de RUMEURS le 12 juin 2020, c’est une nouvelle angoisse : va-t-il marcher ? Plaira-t-il aux lecteurs ? Pourrai-je en écrire un autre aussi bien ou mieux par la suite ? Jusqu’à quand vais-je tenir le cap ? A chaque nouveau roman, c’est un éternel recommencement.

8/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Absolument !

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

Oui, j’opère toujours un lancement avec pas mal de communication pendant le premier week-end de sa sortie, notamment via les réseaux sociaux (ma page auteur, mon profil FB, les groupes de lecture FB comme le mien (c’est Sébastien qui le nomme).

10/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

6 romans à ce jour :

  1. Trouble Je (2016)
  2. Un frère de trop (2017)
  3. Trente secondes avant de mourir (2018)
  4. Huit minutes de soleil en plus (Finaliste Prix du Jury Plumes Francophones d’Amazon 2029/Lauréat Amazon Prime Vidéo 2020)
  5. Le voisin d’en face (2019)
  6. Rumeurs (2020)
Recueil de poèmes
2016
2017
2018
novembre 2019
2019
2020

3 recueils poétiques également, dont Vers…tige (un roman en 1300 alexandrins)

Et des projets encore plein la tête ! Je prévois un nouveau roman pour la fin 2020.

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Très peu de concours car en tant qu’auto-édité, nous sommes rarement accueillis à participer à des sélections. Des séances de dédicaces, j’en fais en général 5 ou 6 par an mais cette année 2020 étant très particulière… Le prochain n’est prévu que fin septembre à Longperrier (77).

12/ Avez-vous participé à des séances de dédicaces ? Quel a été votre ressenti ?

Pour moi, c’est un moment que j’adore : le contact avec mes lecteurs. Entendre leurs remarques et critiques, en capter de nouveaux qui n’avaient jamais entendu parler de moi auparavant. A l’inverse des moments de grande solitude qu’est la période de l’écriture (bien que la compagnie de nos personnages soit assez agréable), les dédicaces permettent de partager sa passion avec le lectorat. C’est là le lien concret, physique, avec ces inconnus qui ne connaissaient de vous que vos mots…

Portrait d’auteure : Florence Jouniaux

Bonjour tout le monde, aujourd’hui, j’ai eu de pouvoir interviwer Florence Journiaux . Voici les réponses :

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

De nature optimiste, je suis maman de 3 grands enfants, professeure de lettres classiques, passionnée de littérature, mais aussi de musique (chorale et chant lyrique, mais j’aime aussi le hard rock) et de danse.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

J’ai commencé voilà douze ans mon premier roman, une nuit. En fait, j’ai toujours aimé écrire, avec mon métier d’enseignante de lettres.

3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

Je n’ai pas eu envie d’écriture c’est l’écriture qui est venue à moi. Je ne pensais pas écrire, quand, plusieurs soirs de suite, un même début de chapitre m’a trotté dans la tête. Je me suis relevée en pleine nuit, les mots, les phrases venant tout seuls…Et je n’ai plus arrêté depuis.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui, lesquelles ?

Je connais beaucoup d’autres écrivains (du moins par leurs livres et/ou virtuellement, grâce à Facebook notamment), des maisons d’édition connues et moins connues (il y en a tellement) ! Je citerais Bragelonne, Nouvelles Plumes, Le Lys Bleu, Xo et M+.

5/ Comment vous est venu l’idée de publier votre oeuvre ?

Avant même d’avoir terminé ma première trilogie, je voulais un avoir en main un « produit fini » pour le plaisir et le faire lire à ma famille et mes amis.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

J’ai choisi de publier chez Publibook dans un premier temps, puis Amazon, parce que c’était pratique. Récemment M+ a publié mon premier historique, La Stèle sacrée. Mais je garde Amazon pour mes autres romans pour l’instant, et surtout pour le numérique : je trouve que les tarifs des ME sont prohibitifs pour les e-books. J’attends donc de voir….

7/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Une immense fierté d’avoir réussi à finaliser mon projet, et la certitude que je n’arrêterai plus jamais d’écrire.

8/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

En 2009, je n’étais pas encore sur les réseaux sociaux, mais j’ai fait deux ou trois interviews dans les journaux, des séances de dédicaces dans ma ville, participé à des salons (dont celui de Genève), parlé à mes collègues profs et à ma famille. J’ai aussi adhéré à la Société des Auteurs Savoyards : nous faisons un printemps du livre chaque année.

9/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

J’ai publié 13 romans de genres variés (fantasy, histoire, fantastique, SF et thriller) et un recueil de poésie. Je viens de publier mon deuxième thriller « Poupée blonde » et je suis en train d’écrire mon troisième roman historique. J’envisage aussi mon troisième thriller.

10/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Oui pour les trois.

11/ Avez-vous participé à des séances de dédicaces ? Quel a été votre ressenti ?

Oui, surtout pour mes premiers romans. C’est souvent sympathique de rencontrer des lecteurs, parfois frustrant, quand les gens passent sans vous regarder.

Florence nous propose différents genres de livres….

Patricia Rappeneau, auteure

Patricia Rappeneau est née en 1971, elle exerce le métier d’auteure de polars, thrillers et de livres de loisirs créatifs. Ses derniers ouvrages sont parus le 22 avril 2020. J’ai eu la chance de les recevoir par son éditeur, certainement que Patricia lui a demandé. Je remercie cette généreuse attention qui m’a fait très plaisir comme à chaque fois que je reçois un livre de la part d’un éditeur ou de l’auteur. C’est, je trouve une confiance que nous fait.

Les 2 romans reçus cette semaine. Requiem et Le parvis des assassins. Je vous en parle ici, en bas sur les photos.

Requiem, l’action se situe à Dijon, Le parvis des assassins dans l’Eglise Notre Dame de Paris. Pour les résumés, restez sur la page,

Je réitère mes sincères remerciements à Patricia Rappeneau et à Gilles son éditeur. Dès que je les aurais lus, je ferais bien sûr mes chroniques.

Portrait d’auteur : Gwen Le Tallec

Présentation :

Une petite présentation de Gwen et il vous parlera de ses romans……

Gwen, je vous laisse la parole,

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je suis Gwen Le Tallec, romancier originaire de Saint-Malo, et aujourd’hui j’écris essentiellement des romans policiers.

Mes romans

Le commissaire Taran Courteline est mon héros de polar. Ses aventures commencent à Brest dans « Taran » où il est confronté à un sérial killer qui assassine des femmes qui cachent toutes le même secrêt, puis à Saint-Malo dans « Taran, 7 coeurs » où un psychopathe arrache le coeur de ses victimes rousses pour assouvir une vengeance d’un autre temps.

Mes romans « Lune de cendre » et « Lilou », réunissent ses deux héros, Lilou (héroïne des romans dramatiques) et Taran dans deux thrillers époustouflants !!!

Dans mon dernier roman, « Taran, l’île du sang » publié en janvier 2020? Taran est confronté à un sérial killer qui se venge de la mort de son grand-père assassiné par des résistants de la dernière heure lors de la libération de Saint-Malo en août 1944.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence….)

J’ai commencé à écrire il y a environ 7 ans vers l’âge de 40 ans.

3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie ‘écrire ?

Mes enfants ! Cette envie d’écrire était présente depuis longtemps mais sans jamais osé passer à l’acte. Ce sont mes enfants qui m’ont incité à le faire car ils aimaient bien les histoires que je leur racontais.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui lesquels ?

En participant à plusieurs salons du livre chaque année, je rencontre beaucoup d’auteurs connus et moins connus. Le monde des auteurs est une communauté relativement solidaire. Je fais également partie d’un collectif d’auteurs du grand ouest.

Mes belles rencontres en Salon :

Nicolas Beuglet au Salon d’Elven. Une belle amitié virtuelle aujourd’hui.

Hugo Buan au Salon du livre de Saint-Jouan des Guérêts (Saint-Malo)

Roselyne Bachelot au Salon du Juvardeil (clin d’oeil à l’actualité)

Mes amitiés du net :

Depuis nos débuts, nous nous livrons avec Luca Tahtieazym, celui qui a un n nom imprononçable ! Un grand auteur. Mais aussi Lionel Carny.

Mes potes auteurs :

Jérôme Verne, Shealynn Royan, Myriam Caillonneau, Aidan Fox, Mélanie De Coster, Lynda Guillemot, Jean-Marc Basseti, Claire Bertin….

Nous organisons chaque année notre salon à côté de Rennes ! Le salon des auteurs indépendants du grand ouest.

Mon libraire :

Brice Vauthier, le patron de la librairie L’étagère de Saint-Malo

Les éditeurs :

J’ai moins de contacts avec des éditeurs même si chaque année j’ai des propositions de contrats. Pour l’instant, les conditions offertes n’ont pas été plus intéressantes que l’activité que je mène seul. Mais je ne suis pas contre une collaboration future avec un éditeur qui me permettrait aujourd’hui de me consacrer pleinement à l’écriture !

5/ Comment vous est venu l’idée de publier votre oeuvre ?

L’envie de partager, de laisser une trace…

6/ Quelle mode de publication avez vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

Je suis auteur indépendant en auto-édition et fier de l’être !

J’ai des contrats avec des maisons d’édition mais qui concerne plutôt les romans jeunesse.

7/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

Le premier ? Quelle fierté !!!

Depuis, je me suis proffesionnalisé. Ecrire, c’est une vraie petite entreprise aujourd’hui. La représentation de l’auteur solitaire est fausse. Autour de moi il y a près de 10 personnes qui travaillent dans toutes les étapes de la construction d’un roman. Moi je ne fais qu’écrire le roman !

8/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Oui

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, groupes facebook, famille, amis).

Oui, je communique aujourd’hui essentiellement via les réseaux sociaux : FB, Instagram, Blog.

10/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

J’ai publié une 20aine de romans ! La moité en jeunesse, l’autre dans le genre polar et romance.

Mon dernier roman « Taran, l’île du sang » (polar) date de janvier 2020.

Je viens d’achever mon nouveau roman (polar) : Le Capitaine Orianne Sorens – Liens du sang. Il sera publié en mai ou juin 2020.

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Oui, je participe à environ 10 salons et 2 à 3 dédicaces par an. Les dernières en 2020 : Cultura Brest, Espace Culturel Leclerc à Angers, Mairie de Saint-Guinoux (du côté de Saint-Malo).
La dédicace est l’exercice le plus difficile car vous êtes seul face aux lecteurs potentiels ! il ne faut pas rester dans son coin (comme beaucoup d’auteurs…) sauf si vous êtes très célèbre. Il faut aller à la rencontre des gens. Leur sourire, leur parler, les séduire, se « vendre ». Ensuite, s’ils aiment vos romans, ils reviendront toujours ! j’ai beaucoup de vrais fans et c’est agréable.

Je vous remercie, Gwen d’avoir consacré un moment à répondre à ce questionnaire. D’autre part, si vous recherchez une maison d’édition, vous pouvez contacter Carol Ine (fbk) ou La Plume de l’Edition, logo sur la page d’accueil). Un clic et hop vous y êtes.

vous pouvez trouver les livres de Gwen Le Tallec sur le site :

https://www.amazon.fr/Gwen-Le-Tallec/e/B01LW0NKII/ref=dp_byline_cont_ebooks_1

https://www.facebook.com/gwen.letallec

Excellentes lectures à vous.

Salon du livre à VANNES du 5 au 7 juin

Bonsoir, positivons et espérons que le confinement sera levé très bientôt, nous allons dire « mai fais ce qu’il te plaît ». Je vous laisse regarder la liste des auteurs invités à ce salon qui se situe dans un endroit magnifque, dans la ville de Vannes, moyen-âgeuse

.http://www.livreavannes.fr/programmation/

Moi si le confinement est terminé, je vais me ruer sur ce salon que j’aime beaucoup, le seul dans lequel je peux aller me promener.


LITTÉRATURE GÉNÉRALE ET BRETONNE

Nelly Alard 
Maud  Ankaoua
Jérôme  Attal
  
Lisa Azuelos
Jean-Luc Bannalec
Catherine  Bardon
Claire Bauchart 
François de Beaulieu 
Roland Becker
Hervé  Bellec   
Luana Belmondo
Valérie Benaïm   
Sam Bernett
Nicolas Beuglet
Bilal Enki
Emily Blaine 
Janine Boissard    
Cathy Bonidan 
Zoé Brisby   
Evelyne  Brisou-Pellen
Michel Bussi – Président  
Virginie Caillé-Bastide   
Mireille Calmel   
Christian Carayon   
Daniel Cario
Claire Castillon 
Bernard Chambaz  
Nicolas Chaudun   
Fanny  Cheval   
Sarah Chiche
Pascale Clark   
Gavin’s Clemente Ruiz   
Eloïse Cohen de Timary
 Sylvain Coher   
Sandrine Colette   
Gérard de Cortanze   
Michèle Cotta   
Frédéric Couderc  
Patricia Darré
Laure Dautriche   
Nathalie De Broc
Jean-Louis Debré 
Grégoire Delacourt 
 Isabelle Desesquelle
 Joël Dicker   
Diane Ducret   
Patrice Duhamel 
Catherine Ecole-Boivin   
Jean-Louis Etienne 
Patrick Eudeline
Jean  Failler
Vladimir Fedorovski   
Sylvain Forge    
Anne  Forrer
Lorraine Fouchet  
Claire Fourier
Irène  Frain   
Charlotte Gabris   
Alexandre Galien    
Hélène Gaudy
Serena Giuliano Laktaf   
Virginie Grimaldi   
Anne-Marie Gruet-Gélinet  
Olivier Guez  
Cécile Guidot  
Hervé  Huguen
Anne-Gaëlle Huon   
Francis Huster   
Stéphanie  Janicot   
Hervé  Jaouen
Régis Jauffret    
Laurent Joffrin   
Grégoire Kauffmann
Douglas Kennedy    
Kent    
Serge Kergoat
Etienne Klein    
Claire L’Hoer
Alexandre Lacroix
Abdelilah Laloui   
Emmanuelle Lambert    
Pascal Lamour
Martine Laroche-Joubert   
Francis Latreille   
Caroline Laurent   
Jean-Michel Le Boulanger
Didier Le Fur   
Dominique Le Nen   
Jean-Luc Le Pogam
Agnès Ledig   
Antoine Leiris   
Marie-Dominique Lelièvre   
Marc Levy   
Marianne Levy   
Gilles Lhote
Antoine Laurain   
Gérard  Lomenec’h 
Henri Loevenbruck   
Patrick Mahé
Laure Manel    
Agnès Martin-Lugand   
Jean-Baptiste Maudet   
Marie-France Mignal   
Maud Mihami   
Bernard Minier   
François Morel   
Patrick Moureaux   

Frédéric Morvan

Robert Namias   
Eric Naulleau   
Jerôme  Nédélec
Nono
Claire Norton   
Florent Oiseau   
Fabien Olicard   
Jean-Paul  Ollivier
Christine Orban   
Mona Ozouf   
Katherine Pancol   
Sabrina Philippe   
Mazarine Pingeot   
Violaine Pondard  
Pierre Pouchairet
Louis Pouliquen
Jacques Pradel    
Romain Puértolas   
Yann Queffelec  
Jean-Marie Quemener
Anne  Quéméré
Régine Quéva   
Jacques Ravenne
Joël  Raguenes
Bernard Rio
Tatiana De Rosnay
Hélène Rossinot    
Riad Sattouf   
Guillemette De Sérigné
Guillaume Sire   
Sillousoune
Leïla Slimani    
Niko Tackian   
Sophie Tal Men
Yann Tatibouet
Jacques Thorel    
Denis Tillinac   
Marine De Tilly   
Marilyse Trécourt  
Valérie Trierweiler    
Stéphanie Trouillard
Didier Van Cauwelaert  
Sophie de Villenoisy
Olivier Weber   

AUTEURS DU PAYS DE VANNES

Marie Andreau
Marine Béliard
Jean-Philippe Breton
Emilie Camus
Jean Egron
Alain Fleitour
Anthony Guillermo
Joël  Hillion
Douce  Humbert
Sylvie  Janeau
Bruno L’Her
Sylvie  Lucas
Marce
Mido
Nicolas Moingeon
Henri Oillic
Jacques & Gonzague Paumier
Kate  Riorhan
Jules Talbot
Leslie Tanguy

J’ai déjà la liste des auteurs que j’irais voir comme d’habitude :

Beuglet Nicolas – Brisby Zoë – Bussi Michel – Carayon Christian – Gavin’s Clement Ruiz – Colette Sandrine – Delacourt Grégoire – Dicker Joël – Forge Sylvain – Fouchet Lorraine – Giuliano Séréna – Grimaldi Virginie – Huon Anne-Gaëlle – Ledig Agnès – Loevenbruck Henri – Manel Laure – Martin-Lugand Agnès – Norton Claire – Tackian Niko – Tal Men Sophie – De Rosnay Tatiana Van Cauwelaert Didier – Mireille Calmel et d’autres que j’irais voir certainement si le temps me le permets.

Pour les autres, certains sont tous les ans invités et ceux-là ne me sont pas d’un grand intérêt, je préfère rencontrer des nouvelles têtes.

Réception du jour : merci France Loisirs

Vendredi 27 mars, l’envie me prend de commander des livres chez France Loisirs. Le choix est fait….. Clic la carte bleue a chauffé. Aujourd’hui, je vais chercher le courrier et que vois-je ? mon colis parti le 1er avril, ne ronchonnez pas, la poste assure. La preuve 48 h CHRONO.

Frissons noirs : un recueil de 6 nouvelles pour mettre vos sens en péril :

Barbara ABEL- R.J ELLORY – Karine GIEBEL – Sophie LOUBIERE – Maud MAYERAS – Laurent SCALESE – Cédric SIRE

7 auteurs prestigieux de noir sont ici réunis et, si chacun a son mode opératoire, le mot d’ordre est le même pour tous : nous faire tendre l’oreille en nous proposant des récits qui jouent avec les différentes définition de l’audition.

Dans ces nouvelles, ils ont donné libre cours à leur noire imagination pour créer une atmosphère, des personnages inoubliables et une tension qui vous happeront dès les premiers mots…. et jusqu’à la chute. Electrique et surprenant, ce recueil renferme six expériences exceptionnelles de lecture.

Laissez-vous chuchoter à l’oreille, venez Ecouter le noir

La fille sans nom de J.S MONROE

Au retour d’un voyage épuisant, en descendant du train, une jeune femme se rend compte que son sac lui a été volé. Mais elle a un problème nettement plus grave : alors qu’elle veut déclarer le vol, la jeune femme ne se souvient plus de son nom. Elle a complètement perdu la mémoire. Son seul souvenir, c’est l’adresse de sa maison.

N’ayant plus ses clés, elle frappe à la porte. Deux personnes inconnues lui ouvrent. Elle dit qu’elle habite là, dans cette maison. Tony et Laura affirment pourtant ne jamais l’avoir rencontrée. Quelqu’un ment forcément. Mais qui ? Et pourquoi ?

Et la ressemblance de la jeune amnésique avec Jemma Huish, une dangereuse criminelle psychotique disparue depuis des années est pour le moins troublante. Seraient-elles une seule et même personne ? Que croire et à qui faire confiance quand on ne sait plus qui on est ?

Ophélia de Floriane DE MARREZ

Ophélia, 17 ans, est retrouvée morte dans une rivière tuée de plusieurs coups de couteau. Toute la ville est en émoi et au lycée, tous les élèves sont choqués : qui pouvait en vouloir à cette lycéenne modèle, chanteuse lyrique promise à un magnifique avenir ? Alors que les gendarmes peinent à faire avancer l’enquête, le jeune Gaspard, ami de classe de la victime, jure de tout faire pour découvrir l’identité du coupable et lui faire payer son crime. Quels secrets les habitants de cette petite ville cachent-ils ? Pourquoi tant d’hypocrisie autour de cette disparition.

Le voyage de Ludwig de Julien JOUANNEAU

Une odyssée émouvante et poétique à travers la France occupée

Ludwig est un compagnon parfait. Affectueux. Le rayon de soleil de sa maîtresse Hannah, dans leur quotidien assombri par l’Occupation. Le jour où elle est jetée dans un wagon à bestiaux en partance pour une destination inconnue, il se lance à la poursuite du train…. L’espoir de retrouver Hannah lui fait traverser une France ravagée par les ténèbres, exsangue et suffocante, où les menaces surgissent le long du chemin de fer, où la sauvagerie rôde. Epuisé et meurtri, Ludwig court entre les deux bras d’acier. Sa fidélité bravera les enfers.

Portrait d’une auteure : Valérie Palud

Valérie Palud, auteure d’une trilogie que vous pourrez trouver sur Amazon, en format Kindle abonnement ou format broché,

Déjantée : tome 1 = 1.99 € (kindle) et 7.99 € (broché)

Belle-Maman et moi : tome 2 = 1.99 € (kindle) et 9.99 € (broché)

Oups : tome 3 = 1.99 € (kindle) et 9.99 € (broché)

La trilogie réunie dans un seul volume : 15 € uniquement en format broché à la FNAC, Cultura, Bookelis, Amazon et dans toutes les librairies mais sur commande.

Déjantée :

Les aventures de Lulu, femme de 50 ans, complètement barge s’en prend au mec de sa copine.

Résumé : Un SDF mort en hiver fait partie des choses dont on ne parle plus qu’en termes de statistiques. Mais celui que le personnel a ramassé à la petite cuillère sur les rails du train de la gare de l’est de Tikaville, c’est moi qui l’ai tué…….

Belle-maman et moi………

Et oui ! me revoilà, c’est moi, Lulu qui suis de retour pour une 2e auto-killographie.

Quand je m’ennuie, ce n’est pas bon mais quand belle-maman m’ennuie, c’est encore moins bon.

Oups :

Hello, c’est moi ! LULU… Ben oui, quoi ! Vous en voulez encore !! Alors, je reviens pour vous raconter la suite de mes aventures…Vous me connaissez maintenant ! Lucette Bobards, complètement déjantée, 50 ans et quelques mois, tueuse, fringuée rock, cheveux courts décolorés depuis peu, adepte des tubes des années 80, le son à fond à la maison et dans ma caisse, grande, quarante-et-un fillette, et, mariée à un homme super, Tobias, qui est agent immobilier en Savoie.J’ai des soucis pour le moment. De gros soucis d’ailleurs !Je suis internée dans un hôpital psychiatrique !AU SECOURS !!! SORTEZ-MOI DE LA !

Mes avis :

Je les ai tous lus et j’ai vraiment beaucoup aimé la plume de Valérie, ça montre le caractère bien trempé de l’auteure.

J’ai eu beaucoup de plaisir à lire la trilogie de Lulu (Lucette Bobards), ses aventures….

Pour la 2e, vous avez certainement autour de vous ou même dans votre famille proche, le personnage de Belle Maman, le style de la vieille dans « Tatie Danielle ». Il y en a de plus en plus, faîtes attention.

Dans Oups, la pauvre Lulu va se retrouver confronter à être enfermée dans un hôpital psychiatrique et va demander de l’aide auprès de son mari Tobias, beau gosse agent immobilier en Savoie.

Je vous dis une chose en deux mots : LISEZ LES !!!!!!!!!!!!!!!

C’est le moment de les acheter et de les lire.

Bonnes lectures,

C’est lundi….que lisez-vous ?

En cette période pandémique où il faut faire extrêmement attention, sortir si c’est vraiment indispensable, il faut rester confiner le plus possible à la maison. Je vous donne une idée qui vous a certainement traversé l’esprit sinon la voilà : LISEZ des romans, des polars, venez rendre visite aux blogs sur lesquels vous vous êtes inscrit(s).

Aujourd’hui, petite question de la semaine ! merci d’y répondre en commentaire. Moi c’est la fin du dernier roman d’Agnès Ledig « Sur le dire enfin ». Chronique dès que je l’ai terminé, patientez un peu.

Pendant les 14 jours je vais profiter pour lire, descendre ma PAL ouais ouais pour pouvoir la remplir à nouveau. Je suis frustrée : tous les commerces sont fermés sauf ceux qui vendent de l’alimentaire.

Belles lectures et si vous passez par là, bisous de loin.