Déchéance de Delphine et Cécile Friart

hello, un roman écrit à 4 mains que Caroline m’a envoyé en manuscrit. Bien sûr, impossible de dévoiler ma chronique avant la sortie du livre.

Depuis son plus jeune âge Ethan est confronté à des souvenirs d’enfance très douloureux. Bree son épouse l’empêche de sombrer en enfer mais le métier d’Ethan ne l’aide pas. Il est militaire et revient d’une mission difficile et émotionnellement
éprouvante.

Sera t’il capable de combattre encore une fois les démons qui le hantent ? Succombera-t-il à la tentation ?

Mon avis :

Dès les premières pages on ne peut plus s’arrêter. C’est un livre prenant où l’on découvre Ethan et ses pensées les plus sombres ainsi que Bree qui est sa lumière. on ressent pendant toute sa lecture, beaucoup d’émotion.

Livre refermé, on se languit de lire la suite.

Belle journée, et bonne lecture.

Alphonsine : Diane Averland

Bonjour, Caroline, directrice de la Maison de l’Edition : La Plume de l’édition m’avait envoyé plusieurs manuscrits dont Alphonsine mais plusieurs autres. La date de sortie étant arrivée, je fais les retours.

Résumé :

« A trente ans, j’ai décidé d’adopter un vieux. C’est lors de ce tournant de mon existence que je me suis dit que les choses devaient changer. C’est vrai, après tout, qu’avais-je fais de bien dans la vie ? Avais-je apporté ma pierre à l’édifice de la société qui avait tant fait pour moi ? Avais-je réussi à trouver un sens à mon existence ? Rien de cela, que nenni, niet. Au moins, pouvais-je être utile à quelqu’un et clamer (discrètement quand même) mon désaccord à la face du monde, concernant l’abandon de nos ancêtres. »

Quand Alphonsine, pétillante septuagénaire au caractère bien trempé, quitte la S.P.P.A. (Société Protectrice des Personnes Âgées) pour entrer dans la vie de Charlotte, jeune femme réservée et introvertie, c’est un tremblement de terre !  Les débuts de cohabitation sont animés et cocasses. Mais la carapace de ces deux femmes cache une blessure secrète, que l’autre va tout faire pour soigner.

Drôle et sentimental à la fois, Alphonsine est un roman frais et attachant, qui fait simplement du bien.

Mon avis :

Un bouquin frais et drôle qui se dévore à grande vitesse ! Une comédie aussi hilarante que touchante où l’on découvre Alphonsine, cette pétillante septuagénaire au caractère bien trempé et Charlotte, cette jeune femme réservée et introvertie. Mais la carapace de ces deux femmes cache une blessure secrète, que l’autre va tout faire pour soigner.A découvrir sans tarder !

Paru le 27.05.2020

La Plume de l’édition : cliquez sur le lien qui se trouve sur la page d’accueil à droite du blog ou ici

https://plume-edition.fr/

Belle lecture, et venez donner votre avis sur le blog et sur celui de la maison d’édition.

Portrait d’auteure : Florence Jouniaux

Bonjour tout le monde, aujourd’hui, j’ai eu de pouvoir interviwer Florence Journiaux . Voici les réponses :

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

De nature optimiste, je suis maman de 3 grands enfants, professeure de lettres classiques, passionnée de littérature, mais aussi de musique (chorale et chant lyrique, mais j’aime aussi le hard rock) et de danse.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)

J’ai commencé voilà douze ans mon premier roman, une nuit. En fait, j’ai toujours aimé écrire, avec mon métier d’enseignante de lettres.

3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

Je n’ai pas eu envie d’écriture c’est l’écriture qui est venue à moi. Je ne pensais pas écrire, quand, plusieurs soirs de suite, un même début de chapitre m’a trotté dans la tête. Je me suis relevée en pleine nuit, les mots, les phrases venant tout seuls…Et je n’ai plus arrêté depuis.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui, lesquelles ?

Je connais beaucoup d’autres écrivains (du moins par leurs livres et/ou virtuellement, grâce à Facebook notamment), des maisons d’édition connues et moins connues (il y en a tellement) ! Je citerais Bragelonne, Nouvelles Plumes, Le Lys Bleu, Xo et M+.

5/ Comment vous est venu l’idée de publier votre oeuvre ?

Avant même d’avoir terminé ma première trilogie, je voulais un avoir en main un « produit fini » pour le plaisir et le faire lire à ma famille et mes amis.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

J’ai choisi de publier chez Publibook dans un premier temps, puis Amazon, parce que c’était pratique. Récemment M+ a publié mon premier historique, La Stèle sacrée. Mais je garde Amazon pour mes autres romans pour l’instant, et surtout pour le numérique : je trouve que les tarifs des ME sont prohibitifs pour les e-books. J’attends donc de voir….

7/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Une immense fierté d’avoir réussi à finaliser mon projet, et la certitude que je n’arrêterai plus jamais d’écrire.

8/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

En 2009, je n’étais pas encore sur les réseaux sociaux, mais j’ai fait deux ou trois interviews dans les journaux, des séances de dédicaces dans ma ville, participé à des salons (dont celui de Genève), parlé à mes collègues profs et à ma famille. J’ai aussi adhéré à la Société des Auteurs Savoyards : nous faisons un printemps du livre chaque année.

9/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

J’ai publié 13 romans de genres variés (fantasy, histoire, fantastique, SF et thriller) et un recueil de poésie. Je viens de publier mon deuxième thriller « Poupée blonde » et je suis en train d’écrire mon troisième roman historique. J’envisage aussi mon troisième thriller.

10/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Oui pour les trois.

11/ Avez-vous participé à des séances de dédicaces ? Quel a été votre ressenti ?

Oui, surtout pour mes premiers romans. C’est souvent sympathique de rencontrer des lecteurs, parfois frustrant, quand les gens passent sans vous regarder.

Florence nous propose différents genres de livres….

Le défi d’Apolline de Nathalie Brunal

Bonsoir tout le monde, je l’attendais impatiemment le nouveau roman de Nathalie, en exclusivité chez France Loisirs. Je l’ai commandé le jour de sa sortie (25 mai), reçu le jeudi 28, lu entre samedi et lundi (je l’ai dévoré).

Résumé :

1898. Apolline, jeune fille de la bonne société canadienne, est en âge de se marier. Mais à 22 ans, elle ne cesse d’évincer les prétendants que lui présentent ses parents. Une révolte que n’admet pas sa mère…. Quand celle-ci apprend qu’une cousine, enceinte et mère de deux jeunes enfants, vient de perdre son mari dans l’éboulement d’une mine, elle est persuadée de tenir le chantage qui fera plier Apolline : se marier ou partir aider cette cousine qu’elle ne connaît pas. A la surprise générale, Apolline quitte le quotidien pour les contrées lointaines du grand Ouest. Elle n’a connu que le confort feutré de son hôtel particulier découvre la rudesse d’un monde encore sauvage. Et si cette épreuve était l’occasion pour elle de se réapproprier son destin, et pourquoi pas de croiser l’amour ?

Ma chronique :

Dans une famille très bourgeoise, à la fin du XIXè siècle vit Apolline 22 ans et sa soeur cadette Alphonsine. La mère, Ernestine est une personne très autoritaire surtout avec sa fille aînée qu’elle veut marier avec un homme de la même société qu’elle. Elle lui présente plusieurs prétendants mais Alphonsine les refuse tous.

Quand un télégramme arrive d’une cousine éloignée de la mère demandant à une des filles de partir auprès d’Emeline, mère de 2 enfants, bientôt 3. Cette dernière vient de perdre son mari. Elle habite dans les lointaines contrées du Grand Ouest.

Apolline qui ne se rebiffe jamais et n’affronte encore moins à sa mère accepte de partir.Que va-t-elle trouver ? va t elle être acceptée par les habitants de cette ville, appelés « sauvages » par la bourgeoisie.

Mon avis :

J’ai adoré ce roman, acheté en format papier, je l’attendais impatiemment, fidèle lectrice à cette auteure, même fan. Le style d’écriture ne change pas mais le genre du roman, Nathalie passe du feel good au roman sentimental mais a sa propre façon d’écriture aussi fluide qu’agréable. Je me suis plongée dès les premières pages sachant déjà que j’allais aimer ce roman.C’est lorsque l’on pose le livre après l’avoir terminé, avec une sensation de tristesse que l’on se dit « on veut la suite…….. »

Je vous le conseille vivement, à lire absolument.

Portrait d’auteure : Thalie Perrot

Bonjour, nous sommes dimanche aujourd’hui et c’est au tour de Thalie Perrot de répondre à mon petit ITW.

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je suis Thalie Perrot, Thalie étant le surnom affectueux que me donnent mes proches. J’ai 47 ans et je suis l’heureuse auteure d’un roman sorti le 24 février dernier. Passionnée de romances historiques et en particulier de celles qui se déroulent au XIXè siècle, j’ai décidé de me faire rêver en écrivant une histoire telle que j’en rêvais. Je suis également une méditative, une complentative que le monde de la spiritualité captive. J’aime les univers un peu celtiques et les héros qui ont des valeurs humaines et de coeur. Et j’aime aussi que les histoires se finissent bien.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ?

Mon envie d’écrire a commencé par la lecture. j’ai eu la chance d’avoir une maman qui, malgré le peu de moyens financiers, nous a toujours appris à aimer les livres. J’adorais recevoir des livres d’elle. Vers l’âge de 12/13 ans je profitais en cachette des lectures Harlequin de maman. Puis à 15 ans, j’ai commencé l’écriture de mon roman actuel. J’avais écrit 5 chapitres et j’avais laissé tomber. J’ai toujours adoré écrire. Une amie m’a challengé pour écrire la suite je devais avoir une trentaine d’années et puis finalement il a attendu encore quelques années avant de paraître.

3/ Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

C’était l’envie de devenir une romancière quand j’avais 15 ans, cela me faisait rêver. Aujourd’hui, mon envie d’écrire vient de mon envie de partager et puis aussi cette capacité de voir combien notre esprit nous permet de rêver et de nous amener à décrire des sentiments si intenses sous forme de mots.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou librairies ?

J’ai une amie qui écrit qui s’appelle Lola T Auteur, qui m’a guidée vers la bonne maison d’édition. Lola est extrêmement talentueuse et elle a eu la grande gentillesse de me pousser à envoyer qui sans elle serait resté encore un peu dans les tiroirs.

5/ Comment vous est venue l’idée de publier votre oeuvre ?

J’avais auto-édité ce roman en 2013, ça m’avait servi de but pour ne pas sombrer à l’heure où j’avais été très malade et que je n’avais plus grand-chose dans ma vie. Et puis, en 2019, comme je l’ai dit plus haut finalement c’est mon amie Lola T qui m’a dit « oses ! Tu ne risques rien d’envoyer ton roman. » Elle avait bien raison. Merci Laurence.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? Auto-édition ou maison d’édition ?

A l’époque où j’ai écrit le livre, je n’avais pas d’ordinateur, pas d’internet, juste une machine à écrire. Et je me souviens que je rêvais d’être publiée par les deux seules maisons d’édition que j’adorais à l’époque et qui étaient Harlequin avec leurs Historiques ou J’ai lu avec leurs Aventures et Passion. Harlequin, à l’époque publiait que des auteurs américains ou anglophones et J’ai lu m’a renvoyé mon manuscrit avec un non catégorique. J’ai donc cessé de rêver pendant un long moment. Puis, j’ai auto-édité mon roman mais pas pour le diffuser, juste pour moi et pour quelques amies proches.

7/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre roman a été publié ?

Si je n’avais qu’un seul mot pour résumer je dirais EUPHORIE. J’étais si heureuse et si fière d’avoir atteint ce privilège de voir mon roman et d’imaginer qu’il serait lu par d’autres. Et j’avais terriblement hâte de savoir ce que les autres en avaient pensé.

8/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Oui je suis satisfaite de ma publication. J’ai un attachement particulier à ce premier roman et j’aime le relire. Je suis toujours aussi émue et heureuse de le redécouvrir comme lectrice quand je le lis. Donc oui je suis heureuse de ma publication et même j’ose le dire assez fière.

9/ Au moment de la parution du livre, en avez-vous parlé ?

Rires ! Je crois que si j’avais pu avoir un mégaphone je l’aurais crié au monde entier ! Oui j’en ai parlé à tous, je voulais tellement que ce soit un succès. Et curieusement ça n’a pas suscité la joie des autres que j’imaginais. Finalement, avec le recul, je peux dire que l’auteur se sent seul face à son excitation extrême. J’avais un groupe d’amis très proches qui eux m’ont vraiment soutenue et qui ont été au taquet, pré-commandant mon roman. Je les remercie et je leur dis : Je vous aime fort !

10/ Au moment de la parution du livre, en avez-vous parlé ?

Non, c’est le premier et le seul roman édité. Mais l’adrénaline ressentie en publiant le premier et le retour des lectrices enthousiaste m’a vraiment donné envie de laisser vivre un des personnages secondaires, de mon roman. Et j’ai commencé à l’écrire, je suis remplie d’espoir sur ce qu’il va devenir. J’ai déjà en tête le 3e opus également.

11/ Avez-vous écrit plusieurs romans ? avez-vous des projets en cours ?

Non pas encore, je devais me rendre à Brest pour mon premier salon mais tout a été annulé. J’espère avoir la chance un jour de rencontrer en face à face des lectrices et avoir la joie de converser avec elles.

12/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces ou des salons ?

Non plus mais si quelqu’un a envie de m’inviter qu’il n’hésite pas à se manifester.

Mon prince charmant ne viendra pas………(tant pis je ferais sans !) d’Alex Kin

Coucou,

Ma chronique pour le roman d’Alex Kin, auteure auto-éditée de 2 romans feel good : Mon prince charmant ne viendra pas…. (tant pis je ferais sans) sorti en 2019 et le tout nouveau « Notre échappée belle » le 30 avril 2020.

J’ai dégusté ce roman comme j’aurais mangé un petit paquet de bonbons acidulés qui fondent dans la bouche, un vrai régal. J’ai vraiment adoré me plonger dans l’histoire de Clotilde, bientôt trente ans qui même entourée des ses trois meilleures amies, de ses parents ne trouve pas le prince charmant.

Tous les personnages de ce roman sont attachants, voisins, amis, famille, collègue. Clotilde a changé d’entreprise, vous saurez la raison en lisant le livre, je ne vous dévoilerais pas la raison.

Sa vie changera-t-elle ? trouvera t elle enfin le prince charmant ?

je vous laisse découvrir cette jolie histoire qui je pense fait rêver beaucoup de jeunes filles.

Vous pouvez trouver le roman soit en format numérique soit en broché : je l’ai en format numérique et reçu en format broché.

Quand la factrice dépose du courrier dans ma boîte aux lettres,

Aujourd’hui, je suis trop heureuse d’être allée récupérer mon courrier, elle était pleine à craquer et que pour moi, d’abord. J’ai une fan poilue qui me suit.

commande passée lundi a.midi chez France Loisirs, reçue aujourd’hui……et il y avait beaucoup beaucoup de choses ! Ma Funky a joué le jeu pour être sur la photo.

Vous avez vu, Funky est devenue fan de Nathalie Brunal… Je vous donne les romans :

Parution du 25 mai 2020 : Le défi d’Apolline : Nathalie Brunal . J’avais dit à Nathalie que dès qu’il sortirait en librairie, j’irais me l’offrir, ben voilà, il est chez moi.

Les enquêtes de Maud Delage Tomes 1 & 2 de Marie-Bernadette Dupuy (le 2 m’a été offert par FL)

Lara « La valse des soupçons 2 » de Marie-Bernadette Dupuy

Desserts des régions de France (cadeau offert par FL).

Je sais, j’ai de quoi lire mais de toute manière ce blog est consacré à la lecture, mes achats….

Si vous souhaitez les résumés de mes achats, je les ferais dans un autre article.

Belle journée ensoleillée en compagnie de livres, que demandez de plus.

Portrait d’auteur : Jack-Laurent Amar

Voilà, aujourd’hui c’est mercredi et c’est Jack-Laurent que j’ai interviewé, voici les réponses à mon petit questionnaire :

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je suis marié, père de deux garçons et musiciens à mes heures. Je joue du piano, un peu de guitare et bien évidemment j’aime lire, sans être pour autant un grand lecteur. Je suis également passionné par les chiens, j’en ai deux avec lesquels j’aime pratiquer de nombreuses activités sportives.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence…)3/

A 16 ans, j’ai commencé par rédiger les textes des chansons que je compose, (Une autre passion)…. On peut donc dire que la musique m’a guidé vers la littérature. Concernant les romans, j’ai débuté il y a quatre ans seulement, mais j’adore ça ! L’écriture est une façon de m’évader.

Pour certains, rédiger une dissertation de trois pages est une véritable torture. Pour ma part, j’aime m’enfuir dans un monde que j’imagine de A à Z, avec l’espoir que les lecteurs me suivront dans mes rêveries…

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui lesquelles ?

Concernant les éditeurs, si je connaissais des personnes travaillant dans des grandes maisons, je les contacterais pour obtenir le contrat de mes rêves… si tant est que mes romans le méritent…. (Rires)

Il m’arrive bien sûr de rencontrer d’autres écrivains durant les salons. C’est d’ailleurs un exercice que j’apprécie particulièrement. Rencontrer les lecteurs me procure toujours une grande joie.

5/ Comment vous est venu l’idée de publier votre oeuvre ?

Honnêtement, le hasard. J’avais rédigé mon premier roman pour laisser une trace à mes enfants. Puis, j’ai décidé de le poster, sans doute pour me mettre à l’épreuve et connaître l’avis des passionnés de lecture.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

Mes deux premiers romans ont été édités nationalement. Concernant mon dernier ouvrage pour lequel j’ai changé de style, mon éditeur a eu peur q’en écartant de mon domaine de prédilection, mes lecteurs ne s’y retrouvent pas. A croire qu’il n’existe des cases dans lesquelles on enferme les auteurs. J’ai donc décidé d’auto-éditer ce dernier ouvrage. Advienne que pourra….

7/ Etes-vous satisfait de votre publication ?

Le roman vient tout juste de paraître. Je vous en dirais un peu plus dans quelques mois….

9/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

Voir le fruit d’une année de travail qui se matérialise est tout simplement jubilatoire ; et tenir mon roman entre mes mains m’a procuré, comme vous pouvez l’imaginer, une immense joie.

10/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page aueur fbk, blog perso, site perso, groupes facebook, famille, amis).

Oui. Lorsque l’on est un petit auteur, il est important de faire le plus de publicité possible pour que les lecteurs entendent parler un peu de nous. Sans une grande Maison d’édition, il n’y a pas de publicité et par voie de conséquence, il est très difficile d’être lu. Les réseaux ont une grande importance, les groupes de lecture, les bloggeurs, font un travail extraordinaire.

Si tout va bien, je dois participer à une émission de télévision, mais pour cela, il faudra attendre le déconfinement…. je reviendrais vous en parler si les choses se concrétisent.

11/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture (futur proche ou lointain) ?

Trois pour le moment…. Je me demande encore comment j’ai fait !

« L’ombre et sa lumière » mon premier roman. Un polar qui s’appuie sur une histoire d’amour. Les lecteurs l’ont affectueusement nommé « POLANCE ».

« Les méandres du mal » est un thriller, avec je l’espère tout ce qui le caractérise….

« Jusqu’où va l’amour » lui, se classe en littérature Française.

Je travaille sur un roman noir, très différent encore une fois de mes précédents ouvrages. Pour tout vous dire, j’ai toujours trois ou quatre idées de livres en tête, mais le plus difficile est de les faire vivre sur le papier. Le doute est un partenaire avec lequel il me faut composer.

12/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

Comme je vous l’ai indiqué plus haut, les salons et les dédicaces sont un exercice que j’apprécie particulièrement. Mon dernier roman « Jusqu’où va l’amour » a été quant à lui finaliste du grand prix « Femme actuelle ». Une belle expérience.

P.S : j’ai lu « Jusqu’où va l’amour » et je vous le conseille vivement. N’hésitez pas à le lire, moi j’ai adoré.

Dans mon chariot et au courrier………

Vendredi dernier, je suis allée relever le courrier accompagnée de Funky, toujours présente, j’aurais vraiment dû lui apprendre bébé à le récupérer……Toujours la première assise devant la boîte aux lettres, est-ce un signe ?

Qu’ai-je trouver ? Oh ? un livre youpi………

Et l’après-midi, pourtant je fais jamais mes courses le vendredi a.midi car trop de monde, mais là pas le choix, le frigo commençait à se vider ! A mon arrivée au supermarché, il y avait des flèches qui m’indiquaient quel chemin je devais suivre, mais j’avais ma petite idée. Alors vous prenez à droite puis 2e allée sur votre gauche, là vous vous arrêtez et hop, il va sauter dans le chariot. C’est celui-ci

Et cela donne cela pour le vendredi 22 mai…Suis-je raisonnable ?

Je ne pense pas l’être mais Funky m’a aidée alors je ne peux pas résister aux wouaf wouaf de ma crapoune. Eh oui, je sais, je veux personnaliser le plus possible mon blog, car les blogs avec simplement la photo du livre, le résumé et l’avis de la bloggeuse, ce n’est pas très original, généralement soit je ne lis pas soit je lis en passant à fond les pages. Je vous laisse, belle journée ensoleillée,

Portrait d’auteur : Carl Pineau

Bonjour à tous, nous sommes dimanche et aujourd’hui, j’ai interviewer Carl Pineau, voici les réponses que j’ai pu avoir.

1/ Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je suis né à Nantes, j’ai commencé à fréquenter la vie nocturne dans les années 80. A 19 ans, une discothèque m’a embauché pour animer les soirées. Les lieux cultes nantais sont devenus mon univers. A 21 ans, j’ai quitté le monde de la nuit et repris mes études en commerce international puis en marketing. Nantes est ma ville de coeur. Pourtant, en 2009, ma femme et moi avons décidé d’aller voir le monde avec nos deux garçons. Nous nous sommes d’abord fixés à Québec, où nous sommes restés six ans.

Depuis 2015, nous habitons en Thaïlande, et je continue à écrire.

2/ Quand avez-vous commencé à écrire ? (enfance, adolescence…) 3/ Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?

J’ai toujours eu envie d’écrire. Enfant, je rédigeais des poèmes. Après le baccalauréat, il m’a fallu gagner ma vie, mais j’ai gardé ce rêve, comme un vague objectif. Pendant des années, j’ai travaillé avec cette idée en tête de pouvoir un jour me consacrer à l’écriture. Vers quarante ans, j’ai commencé par un recueil de Poésie, Le Silence Pèlerin, qui a obtenu le premier prix de l’Académie de Nantes et de Loire-Atlantique. Comme le projet de « découvrir le monde » s’inscrivait dans un objectif partagé avec mon épouse, nous avons lié voyages et écriture. Arrivé à Québec, j’ai suivi une formation en création littéraire à l’université Laval, et c’est là que j’ai entamé la rédaction de l’Arménien, mon premier roman.

4/ Connaissez-vous d’autres écrivains, éditeurs ou libraires ? Si oui, lesquelles ?

Oui, l’auto-édition m’a permis de rencontrer d’autres auteurs, nous échangeons régulièrement, il y a aussi des éditions Lajouanie. Depuis 2017, je fais souvent des dédicaces pour soutenir mes romans, ce qui m’a donné la chance de faire de belles rencontres avec des lecteurs, des bloggeurs et de nombreux libraires.

5/ Comment vous êtes-vous venu l’idée de publier votre oeuvre ?

L’idée d’écrire et d’avoir un jour des lecteurs a toujours été indissociable. Bien sûr, j’ai peur de confronter mes textes aux regards des lecteurs, mais je crois que j’ai besoin de ce partage, que mes personnages puissent vivre dans l’imaginaire d’autres que moi.

6/ Quel mode de publication avez-vous choisi ? en auto-édition ou avec une maison d’édition ?

Mes premiers manuscrits avaient été beaucoup refusés, sans doute étaient-ils moins aboutis. Lorsque j’ai achevé l’Arménien, je me suis lancé en auto-édition. Il a obtenu le prix des auteurs inconnus. Très vite, Jean-Charles Lajouanie a accepté Le Sicilien, et finalement décidé de rééditer L’Arménien.

7/ Etes-vous satisfait de votre publication ? 8/ Quel sentiment avez-vous ressenti lorsque votre livre a été publié ?

C’est toujours une grande émotion, mélange de fierté du travail accompli mélangé à un peu de tristesse d’avoir quitté les personnages.

9/ Au moment de la sortie de votre livre, en avez-vous parlé publiquement ? (page auteur fbk, blog perso, site perso, groupes fbk, famille, amis).

J’ai beaucoup soutenu mes romans et je continue sur les réseaux et auprès des libraires. Je ne crois pas qu’un auteur puisse s’en dispenser. Et puis j’aime aller à la rencontre des lecteurs, après avoir passé autant de temps seul à écrire.

10/ Avez-vous publié plusieurs romans ? Un nouveau projet est-il en cours d’écriture, (futur proche ou lointain) ?

Le Nantais, le dernier de la trilogie des Nuits nantaises va paraître en juin, aux Editions Lajouanie. Trois intrigues indépendantes couvrant les décennies 80, 90 et 2000, avec le même enquêteur qui évolue et se dévoile au fil des histoires.

11/ Avez-vous participé à des concours littéraires, des séances de dédicaces, des salons du livre ?

L’Arménien a obtenu le prix des auteurs inconnus en 2017, Le Sicilien vient de recevoir le Prix Polar Découverte des Petits mots des Libraires, ces deux prix m’ont beaucoup touchés. Ils ont été une chance de faire de belles rencontres avec des bloggueurs et des lecteurs.

12/ Quel a été votre ressenti lors des séances de dédicaces ?

Je participe à de nombreuses dédicaces l’été, ce sont de belles journées d’échanges avec les libraires et des lecteurs, une occasion aussi de parler de nos coups de coeur littéraires.

Je remercie Carl d’avoir consacré un moment à répondre aux petites questions. Il nous a dévoilé un peu sa personnalité. J’ai eu l’occasion de le rencontrer en juin 2019 lors d’une escapade nantaise pour moi. Des amies m’avaient demandé de leur prendre son polar ce que j’ai fait et expédié aux personnes concernées. Une l’a reçu en cadeau (grâce à la complicité de la soeur d’Eléonore), et pour une amie que j’aimerais tant rencontrer (Audrey).

Il sort le 5 juin et j’espère le trouver très rapidement lors de l’une de mes escapades livresques !!!! j’aurais la collection complète……. YOUPI